La nuit des idées 2019

Jeudi 31 janvier 2019, Institut français du Liban

Faire face au présent, en proposer un diagnostic, c’est tout d’abord se demander de quel présent il s’agit. Or ce présent protéiforme ne se laisse guère appréhender facilement. Est-ce celui des catastrophes environnementales induites par l’action irresponsable de l’homme ? Est-ce celui de la surveillance généralisée, des droits bafoués et des frontières qui s’érigent comme autant de murs ? Ou bien est-ce celui disqualifié par les techno-prophètes qui en appellent à une réinvention de l’homme grâce aux nouvelles technologies ? Cette mosaïque de temporalités désaccordées semble barrer tout horizon commun et s’avère porteuse de dangers. Face à l’accélération des mutations et aux bouleversements qui en découlent (environnementaux, sociétaux, politiques, technologiques…), face à une société saturée d’informations et rivée à la tyrannie du présent, comment rouvrir l’horizon ? Comment rétablir une véritable circulation entre le passé, le présent et le futur qui permettrait ainsi de vraiment faire face au présent pour agir sur lui ? Face au présent, quelle mémoire, quel avenir et quelles ressources ? Cette « Nuit des idées » est l’occasion de réfléchir ensemble sur les défis environnementaux, politiques et technologiques qui font désormais partie de notre quotidien. Faire face au présent, c’est peut-être d’abord avoir le courage d’en sortir pour en saisir la trame et la texture. Un exercice de mise à distance difficile, mais la lucidité face au présent n’est-elle pas à ce prix ?

L’Institut français du Liban et ses partenaires organisent la « Nuit des idées » à l’Espace des lettres, Beyrouth, rue de Damas, le 31 janvier de 18h00 à minuit. Ce rendez-vous qui rencontre un vif succès notamment auprès de la jeunesse présente trois table-rondes et un café littéraire autour des thèmes suivants : « L’impératif écologique », « Libertés d’expression », « L’intelligence artificielle, réinventer l’homme ? » et « Écrire le présent », en présence de penseurs et d’activistes français et libanais. Une interprétation en français et en arabe est assurée tout au long de la soirée. Des rencontres Greendating autour des enjeux environnementaux avec lycéens, chercheurs de l’USJ, architectes et associations sont prévues à l’issue de la table-ronde « L’impératif écologique ». Des propositions artistiques sont également au programme : l’exposition « Idées. Prière de s’abstenir » par le Collectif Samandal, les expériences de réalité virtuelle 
Héritage - Benjamin Nuel, 13’ ; Sun Ladies - Céline Tricart, 7’ et 
Planet ∞ - Momoko Seto, 6’. La performance audio-visuelle en exclusivité Rayess Bek & La Mirza - Glory and Tears - Love and revenge II clôt la soirée. L’accès est libre et gratuit.


Table-ronde « Face au présent : menaces sur la liberté d’expression ? »

Le futur fut promesse souvent déçue de progrès et d’extension des droits. Le présent inquiète : sur fond de montée des populismes et des inégalités, haine, diffamation, autoritarisme, racismes refont surface en force. Devant la menace terroriste brandie à tout bout de champ, face aux crispations de tout poil, un certain nombre de droits fondamentaux, constitutifs de nos démocraties, sont inquiétés ou bafoués. Intimidation, haine virale sur le net, censure exorbitante, recrudescence des arrestations gratuites et des actions en justice contre les citoyens et les journalistes viennent ainsi nous frapper de plein fouet.

Myriam Revault d’Allonnes – Chercheure associée au CEVIPOF (Centre de recherches politiques de Sciences Po), professeur émérite des universités à l’École pratique des hautes études
Jad Maalouf – Président de la première chambre du tribunal de première instance du Mont Liban pour les affaires civiles et commerciales
Jad Shahrour – Chargé de communication à SKeyes et représentant Ayma Mhanna, Directeur exécutif de SKeyes
Hanane Hajj-Ali – Artiviste, femme de théâtre, enseignante
Hadi Damien – Initiateur de la Beirut Pride et chercheur en communication politique
Père Abdo Abou Kassem – Directeur du Centre Catholique d’Information
Général Mounir Akiki – Rédacteur en chef de la revue de la Sûreté Générale

Modération : Michel Touma – Rédacteur en chef de L’Orient – Le Jour

En présence de : Maharat, MARCH, SMEX, Al Karama, ALEF – Act for Human Rights, Amnesty International, Article 19, Human Rights Watch, Legal Agenda


Table-ronde « Face au présent : l’impératif écologique »

Nous vivons un basculement géologique d'origine humaine sans précédent : en raison des effets de l’histoire humaine, ce que nous regroupions sous le nom de Nature quitte l'arrière-plan et monte sur scène. Tous les grands équilibres sont désormais perturbés : l'air, les océans, les glaciers, le climat, les sols. La biodiversité se réduit comme peau de chagrin. Voilà ce qu’énonce la notion devenue incontournable d’Anthropocène. Avec, à terme, le risque d'une guerre de tous contre tous. Parallèlement, l'urbain manifeste on énormité, déconcertante pour la réflexion, l'action, et même l'imagination. Point d’interrogation majeur de l’avenir durable de la planète, la ville contemporaine est arrivée à un tournant décisif. Celui de l’impératif écologique : agir n’est plus un possible mais une nécessité. Comment rendre la ville « supportable » par la nature, et l’environnement urbain supportable pour l’homme ? Les réponses dans l’urgence, pour nécessaires qu’elles puissent paraître, ne tiennent pas lieu d’une réflexion qui, mesurant l’ampleur de la crise actuelle, proposerait des orientations pour refonder l’engagement démocratique.

Fadi Comair – Directeur général des ressources hydrauliques au ministère de l’Énergie et de l’Eau
Jocelyne Gérard – Chef de département de géographie à l’USJ
Hala Younes – Architecte urbaniste
Josiane Yazbeck – T.E.R.R.E. Liban
Mona Fawaz – Architecte, Professeur à l’AUB

Modération : Suzanne Baaklini – journaliste experte en écologie à L’Orient – Le Jour

En présence de : Compost Baladi, GGRIL Cedar environmental, Live Love Recycle, Arc-en-ciel, Fair Trade Lebanon, Badaro Urban Farmers Market, Fondation Diane, Recycle Lebanon/Eco Souk, Eedama, UNCTAD, Food Blessed, Beeatouna, The chain effect

Table ronde « Face au présent : l’intelligence artificielle, réinventer l’homme ?

L’intelligence artificielle est souvent qualifiée de « révolution industrielle ». Elle englobe beaucoup de sujets, touche à tous les secteurs d’activité et à tous les métiers de manière différente. Elle suscite autant d'enthousiasme que de craintes. Obsession de l'époque, elle génère pléthore de discours. Ainsi, puissance habilitée à expertiser le réel de façon plus fiable que l’intelligence humaine, elle est pour certains une révolution qui va transformer le monde. L’actualité se fait ainsi de plus en plus l’écho, dans les médias des sociétés technologiquement développées, de cette conviction selon laquelle les technologies nouvelles sont en passe de réinventer l’homme. D’autres y voient la plus grande menace qui pèse sur l’humanité. Vaine illusion qui ressasse la même histoire ou prospective fondée ? Dans cet imbroglio mêlant fantasmes, intelligence démiurgique et catastrophisme, comment s'y retrouver et que désigne, au juste, le terme d’« intelligence artificielle » ?

Jean-Michel Besnier – Professeur de philosophie à l'Université de Paris-Sorbonne (Paris IV) et membre du CREA (centre de recherche en épistémologie appliquée, Ecole Polytechnique et CNRS)
Nadim Gemayel – Député au Parlement, Président de la commission parlementaire du numérique
Christophe Zoghbi – Fondateur de Beirut Artificial Intelligence Community
Maher Hassanieah – Professeur- Chercheur à l’AUB et à l’USJ sur la philosophie de l’intelligence artificielle
Stéphane Bazin – Conseiller en stratégies numériques, chercheur en web science, fondateur de l’entreprise de conseils TomKeen

Modération : Sunniva Rose – Journaliste

Café littéraire « L’écriture du présent »

Si Baudelaire identifiait la modernité à son goût pour « le transitoire, le fugitif, le contingent », l’espace littéraire contemporain s’érige quant à lui comme lieu de réflexion sur les apories de notre temps, sur les mémoires douloureuses qui font écho dans le présent. Mais qu’en est-il de ce présent, visiblement plus hanté par sa mémoire que projeté dans l’avenir ? S’intéresser au présent de la littérature ne décide pas de ce que la littérature dit au sujet du présent, ni comment elle traite de l’époque contemporaine. L’écriture du présent est en effet un risque pour le roman. Son évanescence constitutive se prête mal au récit et en fait une catégorie incertaine. Comment la littérature, intempestive par excellence et qui suppose le temps long de l’écriture, peut-elle écrire le présent ? Autrement dit, si le roman est proprement un art du temps, comment écrire une histoire sans déploiement historique ou chronologique ? Et quelle légitimité, quelle nécessité, quels mots pour l’écrivain face à l’urgence, à la violence de l’actualité ?

Avec Thomas Reverdy – Écrivain

Présentation et modération : Charif Majdalani – Écrivain, Président de la Maison Internationale des Écrivains à Beyrouth

 

Matériel promotionnel

 

Une compilation de visuels trilingues, en français, arabe et anglais, pour la promotion de la Nuit des idées et de la table ronde. Cliquez sur les images pour les agrandir. Cliquez ici pour les télécharger en haute définition.